Desherber les trottoirs, un geste éco-citoyen

Certaines rues de Saint-Marcel font penser à un mauvais remake de Jack et le Haricot magique.

En effet, alors que les propriétaires sont priés de désherber toute plante se trouvant à la jonction entre leur façade et le trottoir, cette consigne n’est visiblement pas ancrée dans toutes les têtes. Pourtant, comme on déneige le trottoir devant sa maison en hiver, tout résident se doit d’entretenir également en période estivale.

Jacques PICARD, adjoint au maire, rappelle que la volonté municipale est d’arriver au « zéro-phyto ». La mairie assure les services de désherbage des parties de voirie collective, mais de manière écologique. Et, ce n’est pas une mince affaire !

Mais alors, comment désherber ? Par des moyens mécaniques : arrachage, coupe bordure. Mais aussi par des moyens chimiques non polluants : vinaigre à 20°C, brûlage des plantes. L’important, c’est de prendre le mal à la racine ! Et ne faut pas attendre que la plante mesure 1,80 m. Bientôt, on en constatera les résultats : le retour des abeilles qui ne craindront plus les produits insecticides en sera la preuve. En attendant, du côté des humains, des voix s’élèvent dans plusieurs quartiers pour se plaindre de cette invasion de mauvaises herbes. Des habitants qui estiment, quant à eux et souvent anonymement, que c’est à la Ville de désherber.